Archives par mot-clé : Deniz Gamze Ergüven

Dompter les désirs et non les mustangs

En 1924, Halide Edip Adıvar (1884-1964), écrivaine et militante féministe républicaine, publie un roman intitulé Vurun Kahpeye ! (Frappez la putain !). Ömer Lütfi Akad adapte le roman au cinéma1. Le hasard fait que Frappez la putain ! sort en salle le 8 mars 19492.

L’intrigue se déroule pendant la Première Guerre mondiale. Après la débâcle de l’Empire ottoman, l’armée turque livre un combat dur contre les forces d’occupation (en l’occurrence l’armée grecque) . Dans ce contexte, Aliye3, une jeune institutrice idéaliste, est mutée dans un village reculé de l’Anatolie. Ses idées républicaines, sa tenue « moderne » (elle ne porte pas de voile) et surtout son caractère affirmé déplaisent à certains membres de la petite communauté. Deux camps opposés se forment dès l’arrivée de l’institutrice. D’une part, bien que peu nombreux, ceux qui respectent sa personne et ses projets, et d’autre part, ceux qui la voient comme un danger pour l’intégrité morale et sociale du village.

Aliye et ses élèves dans le village Vurun Kahpeye (1949) Ömer Lütfi Akad

L’imam du village se place dans le deuxième camp et affiche une hostilité ouverte et grandissante envers l’institutrice. L’imam, n’approuve guère Aliye qui, selon lui, transgresse les règles de conduite morale. Un des notables du village, marié et père de famille, adhère au discours réprobateur de l’imam parce que Aliye décline sa demande de mariage4. Croyant à la victoire de l’armée grecque, l’imam et le notable collaborent avec les forces ennemies pour protéger leurs biens des pillages éventuels.

Alors que l’institutrice aime en secret un commandant turc et qu’elle met en danger sa vie pour permettre aux soldats turcs de perpétrer une attaque décisive contre la force ennemie, l’imam et le notable du village accusent la jeune femme de collaborer avec l’armée grecque. La rumeur se propage et un mouvement de foule s’installe rapidement. L’imam appelle les villageois au lynchage pour anéantir le corps et l’esprit qui perturbent les mœurs archaïques. Le notable participe aussi au lynchage et se venge de ce corps qui a refusé de se soumettre à ses désirs d’homme. Les soldats turcs remportent une victoire décisive. Mais la jeune institutrice meurt lapidée par les villageois. Au retour de sa mission, le commandant turc découvre le tombeau de sa bien-aimée. L’imam et le notable sont jugés coupables par le tribunal militaire et sont pendus pour cause de trahison.

Le notable et l’imam appellent au lynchage Vurun Kahypeye (1949) Ömer Lütfi Akad

Certes, avec ce film, se mettent en place les stéréotypes de l’éducateur et du religieux que va véhiculer le cinéma turc. Ces stéréotypes représentent respectivement la régénération morale et sociale, et l’esprit conservateur. Toutefois, au-delà des caricatures ou des clichés, il faut y voir le conflit des mentalités. Aux dispositions morales de la collectivité (ce que défend l’imam) s’associent le désir charnel masculin (le notable refusé) pour désigner le corps de la jeune femme comme cible à abattre. Aliye se dresse face aux conservateurs religieux et au patriarcat en tant que femme libre et responsable de ses actes.

Mustang 2015 Deniz Gamze Ergüven
Mustang (2015) Deniz Gamze Ergüven

Mustang, le premier long-métrage de Deniz Gamze Ergüven5, est présenté à Cannes dans le cadre de la dernière Quinzaine des Réalisateurs. Le film suscite une émotion vibrante et livre une réflexion sensible sur la condition des femmes en Turquie. La structure narrative de Mustang présente des traits communs avec celle de Vurun Kahpeye !. Certes, le contexte est différent mais les personnages sont possédés par la mentalité conservatrice qui refuse la visibilité sociale des femmes. D’ailleurs, Halide Edip Adıvar dénonce, dans son roman, l’injustice sociale à laquelle étaient confrontées les femmes turques qui voulaient être actives dans le combat d’indépendance du pays. Avec Mustang, la réalisatrice décrit comment la bigoterie prive la femme turque de ses droits d’approprier son corps et de mener une existence libre. Dans le film, les personnages sont habités par l’esprit malveillant qui consiste à transférer les fantasmes sexuels masculins au corps féminin et tenir la féminité coupable des pulsions masculines non maîtrisées.

Mustang (2015) Gamze Deniz Ergüven

Cinq adolescentes pleines de fougue sont au cœur du récit. Les personnages forment deux camps opposés : d’une part, l’oncle célibataire autoritaire, la grand-mère et les habitants du bourg qui représentent le patriarcat ; et d’autre part, les adolescentes qui se heurtent de plein fouet à la non-évolution des mœurs. Tout se passe comme si la vertu de la femme appartenait non seulement à sa famille (notamment à ses frères, ses cousins, son père, son oncle) mais aussi à la communauté qui approprie son corps. Autrement dit, une femme n’existe pas mais appartient à un clan. Tout comportement immoral est une source de honte. Et la honte ainsi que la vertu féminine ne sont pas individuelles mais collectives. La force destructrice du patriarcat balaye toute tentative individuelle de changement pour briser net l’élan naturel des adolescentes.

Parmi cinq sœurs, l’une se soumet à un mariage arrangé, une autre se suicide pour y échapper, deux quittent la maison pour sauver leur vie. Deniz Gamze Ergüven dresse un tableau assez noir des conditions de femmes. La tension atteint son apogée lorsque Nur6, malgré son jeune âge, est promise en mariage. Une courte scène suggère une tendance incestueuse de l’oncle. Pour la grand-mère, la solution est de marier rapidement la jeune fille pour éviter tout scandale. Au lieu de protéger sa petite-fille des conséquences douloureuses d’un mariage précoce ou de l’oncle, la grand-mère pousse celle-ci à se soumettre à la décision qui concerne sa vie à elle et que prend sa famille à sa place. Une soumission que la grand-mère connaît bien : « j’avais ton âge quand j’ai épousé ton grand-père. À ton âge, c’est plus facile de tomber amoureuse, tu verras ». En réalité, elle transmet les us et les coutumes à la génération suivante.

Néanmoins, la réalisatrice allège et détend subtilement l’atmosphère lugubre et étouffante. Alors que les mariages forcés de deux sœurs s’apparentent aux funérailles, une des adolescentes épouse l’homme qu’elle aime. Et comment oublier Yasin7, le vendeur de légumes. Il n’est ni le violeur de petite fille ni le prince charmant de Mustang 8. C’est le héros sauveur de Nur et de Lale9. Il les aide à s’évader de la prison (oui la maison familiale est une prison avec les grilles installées tout autour) et à retrouver l’institutrice désormais installée à Istanbul10. Et  les longs cheveux au vent ! Encore une façon subtile de souligner la féminité rebelle porteuse d’espoir. De ce point de vue, Mustang est un film noir qui a pour particularité de laisser se répandre un mince filet de lumière pour percer les ténèbres.

Dans dix ans, le roman de Halide Edip Adıvar va fêter ses 100 ans mais le patriarcat et ses pulsions charnelles déchaînées continuent de hanter beaucoup d’hommes et de femmes en Turquie. C’est certainement l’homme qui est le principal acteur de toute sorte de violence verbale ou physique envers la femme. Néanmoins, certaines femmes sont complices de ces actes et responsables de la non-évolution sociale du statut de la femme. Ce sont la grand-mère et les voisines qui « veillent » sur la vertu des adolescentes orphelines de mère et de père. Comme le note pertinemment Germain Tillion « les révolutions passent tandis que les grands-mères et les vieilles tantes sont éternelles. Et les mœurs marchent moins vite que la politique11 » Ou encore comme le rappelle Vincent Monteil, « ce sont les femmes qui transmettent les vieux virus préhistoriques aux petits garçons »12.

Les femmes du village jugent Aliye et ses manières qui ne respectent pas les codes de la bonne conduite morale. Vurun Kahpeye ! (1949) Ömer Lütfi Akad
La voisine reproche à la grand-mère d'avoir manqué à son rôle d'éducatrice morale
La voisine reproche à la grand-mère d’avoir manqué à son rôle d’éducatrice morale Mustang (2015) Deniz Gamze Ergüven

 

La grand-mère amène ses petites-filles à l'hôpital pour le contrôle de virginité Mustang (2015) Deniz Gamze Ergüven
La grand-mère amène ses petites-filles à l’hôpital pour le contrôle de virginité Mustang (2015) Deniz Gamze Ergüven
  1. On peut aussi signaler deux adaptations du roman en 1964 (Orhan Aksoy) et en 1973 (Halit Refiğ) []
  2. İpek Çalışlar, Biyografisine Sığmayan Kadın, Halide Edip, Everest Yayınları, 2011, p. 303 []
  3. Aliyé []
  4. Depuis l’adoption en 1926 du Code civil suisse la polygamie est abolie et le mariage civil est obligatoire []
  5. Revue de presse : http://www.quinzaine-realisateurs.com/mustang-f14425.html []
  6. « Nour » []
  7. « Yacine » []
  8. Les faits divers comme l’agression physique envers le sexe féminin de tout âge constituent les actualités du pays []
  9. Lalé []
  10. Le corps enseignant sert de dernier refuge []
  11. Germain Tillion, Le harem et les cousins, Seuil, 1966, p. 127 []
  12. cité in Le harem et les cousins, idem., p 204 []