L’Étrangère (Die Fremde, 2010) de Feo Aladag et quelques réflexions sur le patriarcat

(Avertissement : je raconte le film)

À l’occasion de la Journée internationale de la femme, Arte propose diverses émissions dont L’Étrangère de Leo Aladag. Le film est disponible sur internet pendant trois mois. Inspiré d’un fait réel, L’Étrangère aborde la question du crime d’honneur, c’est-à-dire celle des meurtres de femmes prémédités par la famille et commis par une membre de sexe masculin de la même famille.

L’écran est noir. Une petite voix d’enfant murmure : « annecim (maman)… » Et puis un adolescent, une jeune femme et un enfant, filmés de dos, marchent dans la rue. L’adolescent s’arrête. La jeune femme, autant déçue qu’inquiète, se trouve face à l’adolescent qui pointe un revolver vers elle. Un jeu d’ellipse s’ensuit : l’adolescent court à tout de vitesse ; puis essoufflé, visage blême, effaré, il regarde depuis le vitre-arrière d’un bus. Où regarde-t-il ? Que s’est-il passé ?

Avec cette séquence préliminaire, le film entre dans le vif du sujet : comment ces personnes en sont-elles arrivées là ? Le long flashback, qui forme le reste du film, donne la réponse. Construit autour des personnages torturés, le récit éprouvant et bien structuré de L’Étrangère progresse à un rythme dramatique effréné.

Umay veut divorcer

Dans le film, l’intrigue s’installe rapidement avec la demande de divorce d’Umay. La jeune femme vit à Istanbul chez sa belle-famille. Elle ne supporte plus son mari violent. Après avoir subi une IVG en secret, elle part, sans prévenir personne, avec son fils, Cem, de 5 ans, à Berlin, auprès de sa famille. La famille d’Umay est d’abord enchantée de revoir leur fille, mais elle découvre vite le motif de cette visite inattendue. Devant un tel comportement, leur réaction est rapide et ferme : même si leur fille est sujette à la violence, même si elle est malheureuse, sa place est auprès de son mari qu’elle doit accepter tel qu’il est. Mais Umay n’est pas d’accord. Elle veut divorcer, avoir la garde de son fils, trouver un travail et reprendre ses études que son mariage a probablement interrompues. La grande ténacité d’Umay pour refaire sa vie comme elle veut et non comme l’exigent sa famille ainsi que la communauté, produit une avalanche de faits dans L’Étrangère. Umay se confronte à sa famille qui le pousse à la marge du cercle familial, et ce sous la pression sociale.

La mère d’Umay se fige dans le silence, sa soeur lui tourne le dos

Dans la famille, l’absence de solidarité féminine est frappante. Umay explique à sa mère à quel point elle est malheureuse avec son mari et lui montre les bleus sur son corps. La mère dessine d’abord un personnage ambigu. D’une part, elle étreint sa fille maltraitée dans ses bras maternels. Bien que peu tendre, un sentiment maternel transparaît dans d’autres gestes affectueux. D’autre part, elle n’exprime aucune réaction quand on veut séparer Umay de son fils et envoyer ce dernier à Istanbul auprès de son père. Enfermée dans l’appartement familial, Umay déjoue le plan de son père en appelant la police allemande à son secours. Les gens de leur entourage sont au courant de la situation d’Umay et portent un jugement moral dépréciatif sur elle et sa famille. Le sentiment maternel s’éteint alors rapidement lorsque la mère se trouve « aliénée » dans la communauté turque à cause du comportement jugé « immoral » d’Umay.

« Mère : – J’ai renoncé à beaucoup de choses moi aussi pour mes enfants !

Umay : – Tu veux que je finisse comme toi ? »

Cette courte conversation démontre le conflit qui oppose les deux femmes. Contrairement à sa mère, Umay veut prendre son avenir en main. Une évolution sociale peut donc avoir lieu dans la transmission de moeurs entre générations. Mais la mère n’a aucun regard critique vis-à-vis de sa propre vie de femme soumise à l’autorité patriarcale. La figure maternelle apparaît ainsi comme un frein à l’évolution nécessaire. Mais elle ne peut pas éteindre le désir d’Umay de rompre avec un avenir tout tracé. La mère et sa fille se dirigent désormais dans deux directions opposées. Lors d’une dernière rencontre, la mère lui annonce qu’elles ne se reverront pas plus jamais.

Une fois placée dans un foyer pour femmes victimes de violence, Umay cherche à renouer le contact avec sa mère. Cependant, la fille cadette de la famille, Rana, fiancée à un Turc, se trouve, à son tour, en situation d’aliénation sociale. La communauté turque juge indécent le comportement d’Umay. Le jugement d’autrui provoque la rupture de ses fiançailles. La situation se complique lorsque Rana révèle à sa mère sa grossesse hors-mariage. Pour sauver son honneur, il faut à tout prix qu’elle se marie. Par conséquent, le père paye une dot pour racheter son « honneur » sali à cause d’Umay. L’affaire de mariage, ainsi arrangée entre hommes comme une transaction commerciale, dénonce les manières abjectes du système patriarcal où, non seulement les personnes, mais aussi les valeurs qui sont réduites à des objets d’échange.

Umay veut prévenir sa soeur, Rana, des dangers d’un mariage précoce. Mais Rana « sait ce qu’elle fait ». Elle remet immédiatement sa soeur en-dehors de sa vie privée. « Elle n’est pas comme Umay ». Est-ce parce qu’elle a choisi son conjoint librement ? ou parce que le candidat choisi par sa famille lui convient ? Elle ose même avoir des rapports sexuels avant le mariage tout en sachant la hantise de virginité qui caractérise la communauté patriarcale. En tout cas, Rana aime l’homme qu’elle va épouser. Son attitude froide et quelque peu hautaine laisse à penser qu’elle juge sa soeur aînée qui n’a pas su construire une vie de couple heureuse, au lieu de voir, en elle, la jeune femme malheureuse qui veut que l’on lui laisse la chance de reconstruire une autre vie, se reconstruire tout court. Umay veut bien être avec sa soeur le jour son mariage. Elle vient à la cérémonie avec Cem. Mais sa soeur la considère comme une entrave à son bonheur puisque ses fiançailles ont été rompues à cause de ses comportements honteux. Elle tourne son dos à sa soeur et Umay est renvoyée de la fête par son frère cadet. Elle revient à la salle de fête et monte sur la scène. Il s’adresse à sa famille pour exprimer son désarroi face à l’incompréhension de sa famille. Il est vite renvoyé, une deuxième fois, dehors et cette fois violemment par son frère aîné. Désormais, elle est étrangère à sa propre famille qui ne veut plus d’elle.

L’amie proche et la patronne d’Umay et un compagnon

Dans ce récit de lutte contre le système patriarcal, trois personnages apaisent la tension dramatique du film. Il y a d’abord l’amie cuisinière qui aide Umay à trouver un travail dans la restauration. Il s’agit d’une amie proche qu’elle n’a pas vue depuis qu’elle a quitté Berlin. Après que le frère aîné d’Umay trouve l’adresse du foyer des femmes, celle-ci est contrainte à quitter le foyer pour se réfugier chez son amie. D’ailleurs la cuisine, où Umay et son amie travaillent, est le lieu-clé dans la suite de l’histoire. La patronne de la cuisine est également une immigrée turque. La position de cette femme d’affaires contre les moeurs de la communauté turque est bien claire. Elle essaye de protéger Umay des suites dangereuses de sa ténacité : « Peut-être que tes parents te pardonneront mais s’ils doivent choisir entre la communauté turque et toi, jamais ils ne te choisiront ». Mais Umay ne veut entendre ni accepter la réalité.

La visite de la patronne chez les parents d’Umay est assez significative dans L’Étrangère. Elle sait ce dont est capable la famille dans ce genre de situation. Au salon, assise face au père et à la mère d’Umay, elle s’adresse à leur tendresse paternelle et maternelle et trouve les mots justes pour décrire le danger qui guette la famille : « Vos fils vous écoutent, ils vous prennent modèle sur vous. Vous devez vous occuper de tous vos enfants ; même de votre fils ; vous ne voulez pas le perdre également, si ? » Seul le père répond à la patronne et l’invite à quitter la maison. Le silence de la mère pendant cet entretien en dit long sur le rôle et le statut de la femme au sein de la famille patriarcale. D’ailleurs, l’échange des regards entre deux femmes traduit l’abîme qui les sépare en matière d’esprit.

Cependant, dans la cuisine où elle travaille, Umay rencontre un jeune homme. C’est le seul personnage masculin du film qui est du côté d’Umay. Ce jeune allemand aime Umay et la demande en mariage pour l’aider à renouer avec sa famille. Umay décline sa demande et résume sa situation sans issue: « une fois putain, toujours putain ». Elle reconnaît ainsi le jugement de sa famille ainsi que celui de la communauté turque. Les courtes scènes de rendez-vous au restaurant et de ballade en moto de deux amoureux allègent l’atmosphère oppressante de L’Étrangère et ne font que retarder l’issue tragique.

 

Le père, les frères et le mari d’Umay

L’Étrangère vise à décrire un type de mentalité particulier et non une vision manichéenne de la vie. Il n’y a pas de lutte entre les bons et les méchants. Et Umay n’est pas dans le rôle de cendrillon qu’une baguette magique va transformer en princesse. Dans le récit d’Umay, les hommes n’incarnent pas le Mal mais l’esprit qui résiste à l’évolution sociale, qui reste ancré dans le modèle archaïque de vie communautaire. Les personnages masculins sont aussi complexes que les personnages féminins du fait qu’ils sont à la fois bourreaux et victimes. Le père d’Umay est certainement le personnage-clé qui défend et transmet les valeurs archaïques. Le mari d’Umay et les frères de celle-ci sont héritiers des traditions ancestrales. Quant à la mère et à la soeur, elles ne sont pas méchantes, non plus ; tout simplement, elles trouvent leur place dans le patriarcat, et elles s’y plaisent contrairement à Umay qui n’y trouve pas sa place.

Le mari d’Umay dessine le personnage stéréotypé de macho. Il habite dans l’appartement familial où il occupe une chambre avec sa femme et son fils. Il n’a donc pas une vie indépendante. Soumis, lui-même, à l’autorité paternelle, il impose, à son tour, son autorité à sa petite famille. Après une dispute avec Umay, le jeune homme sort fumer sur le balcon et remue d’un air pensif sa bague, en regardant le paysage. La scène laisse à penser qu’il s’interroge également sur leur mariage. Même s’il n’apparaît plus dans le reste du film, le mari d’Umay tient une fonction dramatique importante. Ses propos insultants provoquent la colère du père d’Umay et sa tentative d’enlever Cem crée des rebondissements dans l’histoire.

Quant aux frères d’Umay, ils sont totalement soumis à leur père, au chef de la famille. Si le frère cadet a l’air partagé entre la compassion et la colère, le frère aîné a bien l’intention de faire comprendre à Umay que ce n’est pas elle qui décide mais les hommes. Leur double rôle de bourreau et de victime est plus accentué du fait qu’ils agissent alors que les femmes, elles, subissent. Le frère cadet est le bourreau, puisque c’est lui que le conseil familial a choisi pour tuer Umay. En même temps, il est victime puisqu’il est contraint à accepter sa mission ; il n’a pas le choix. Mais, il ne peut tirer sur Umay. Le frère aîné est le bourreau, car il commet un crime ignoble en tuant Cem, même si l’enfant n’était pas son cible. Pourtant, il n’en est pas moins juste de noter qu’il est victime de la pression sociale.

La scène de bagarre dans la boîte de nuit illustre bien la pression sociale qui pèse sur les jeunes hommes : la situation d’Umay est vite connue par les membres de la communauté turque à Berlin. Les frères d’Umay sont harcelés à cause d’Umay traitée de « pute ». Les insultes et les coups pleuvent. En outre du nez éclaté, c’est, bien sûr, l’honneur piétiné qui fait plus mal aux frères,  notamment à l’aîné. Il ne se bat pas pour défendre l’honneur de sa soeur mais pour défendre son propre honneur sali à cause de sa soeur. Les personnages se mettent ainsi dans une situation qui est autant équivoque qu’inextricable et qu’explosive.

Très embarrassé de la situation dans laquelle Umay l’a mis, le père affiche au début, un comportement plutôt clément. Il pense que sa fille retournera à son mari et l’affaire sera close. Les conversations entre père et fille montrent une figure paternelle qui ne veut pas voir à quel point Umay est minée par le chagrin. Umay se plaint à son père de son mari qui le bat. La violence conjugale ne surprend pas le père. Il se contente de lui dire « c’est ton mari ». Du point de vue du père, c’est normal d’être battu. Sa fille, en tant que femme, va accepter cette situation, comme d’autres femmes l’ont fait. Umay lui rappelle un oncle qui est parti faire sa vie. Elle demande alors pourquoi elle ne peut pas faire comme son oncle. La réponse du père est courte et pleine de sens : « parce que c’est comme ça ! ». Il déclare ainsi l’infériorité de la femme soumise au sein de la famille patriarcale. Par ailleurs, « t’avons-nous élevée pour nous faire honte ? », « comment pourrons-nous regarder les gens dans les yeux ? », « tout le monde parle de nous » sont autant d’expressions qui soulignent l’importance vitale du jugement de l’autrui.

L’Étrangère délivre les éléments essentiels pour décrire la non-évolution de la mentalité archaïque de la société patriarcale. La notion-clé est l’honneur (en turc namus) de la famille. Mais qu’est-ce que l’honneur ? Dans la société patriarcale, l’honneur est étroitement lié au corps de la femme, et plus précisément à sa sexualité. Si elle se comporte de façon à salir sa réputation, c’est l’homme qui perd la face devant les autres hommes de la communauté. Défendre l’honneur signifie veiller sur le corps de la femme, sur sa virginité et sa sexualité. « Le propre de la société patriarcale, écrit Elisabeth Badinter, dans sa forme la plus absolue, réside dans le stricte contrôle de la sexualité féminine. L’adultère féminin est la hantise des hommes »1.

Le divorce d’Umay menace le consensus social pour deux raisons principales. Premièrement, c’est elle qui demande le divorce et interrompe ainsi les relations sexuelles avec son mari. Umay franchit une étape importante en matière d’appropriation de son corps. Jusqu’au mariage, son corps de femme a été sous la protection du père, toute relation hors-mariage lui étant interdit. Après le mariage, c’est le mari qui prend le contrôle mais ce n’est pas pour autant que le père n’a plus de contrôle sur elle, bien au contraire. En réclamant sa vie de femme-mère célibataire, Umay veut se libérer de l’emprise masculine. C’est là qu’elle défie à la fois son père e taon mari. Deuxièmement, elle refuse de donner le contrôle parental de son fils à son mari et affirme ainsi l’ascendance matrilinéaire. Et par là, elle s’assure la transmission des traditions, l’éducation morale et civique de son enfant.

Loin de comprendre le choix de sa fille, le père éprouve des regrets : « Si seulement elle avait été un garçon ». Son honneur est irréversiblement sali. La contrainte psychique et sociale est lourde. Dans une société de type communautaire, l’identité personnelle se définit par l’identité collective ; c’est-à-dire que l’homme, au sens du sexe masculin, éprouve le besoin de vivre en conformité avec la communauté. Autrement dit, il vit dans la peur d’être exclu, méprisé par les autres. Le comportement immoral de la femme porte atteinte à la virilité qui est indissociable de l’honneur social de l’homme. Vis-à-vis de la communauté, le sentiment d’impuissance à faire respecter les limites à la femme, c’est-à-dire la honte peut amener l’homme à tuer sa femme, sa soeur, sa fille, voire sa mère. Il est important de souligner que ce n’est pas la motivation individuelle mais collective qui se trouve à l’origine des crimes d’honneur. D’où le double rôle de bourreau et de victime des personnages.

Hospitalisé pour une crise cardiaque, le père fait venir Umay à l’hôpital. Elle lui parle de son travail, de ses études, de son projet de mariage ; bref elle lui explique comment elle est entrain de se construire un futur meilleur : « tu peux être de moi, père ». En larmes, le père lui demande pardon. C’est un pardon sincère pour plusieurs raisons dont son exécution décidée qu’Umay ignore.

Umay et Cem, la mère et son fils, son espoir

Dans L’Étrangère, la solitude totale d’Umay contribue beaucoup à la structure dramatique. En marge de la communauté, elle lutte une contre tous. Sa ténacité la condamne dans une situation sans issue. Umay devient ainsi une héroïne tragique. Quant à son fils, Cem, il tient un rôle central dans le film. Cem, la génération future, incarne l’espoir pour l’évolution des mentalités. Quand son père l’enferme dans le placard noir pour le punir, c’est l’espoir qu’il enferme dans les sombres profondeurs des traditions archaïques. Quand Umay l’entoure de ses bras fragiles maternels ou quand elle se coupe les veines pour empêcher son enlèvement, c’est à son unique espoir qu’elle s’accroche.

Et quand l’oncle Mehmet enfonce son couteau dans le ventre de Cem, ce n’est pas un enfant qu’il tue lâchement et ignoblement. Avec la mort de Cem, c’est l’unique espoir pour un futur autre qui s’envole. C’est pourquoi L’Étrangère est un film tragique. C’est pourquoi L’Étrangère est un film poignant qui vise les consciences endormies. Les personnages qui défilent au fil du film, donnent l’impression d’être plongés dans un profond sommeil. Notamment, la non-réaction de la mère d’Umay, son silence soulignent le rôle fondamental de la femme à faire évoluer les mentalités.

La femme turque entre la soumission et l’émancipation

En effet, dans L’Étrangère, deux personnages féminins sont antipodes en matière d’évolution sociale. Il s’agit de la mère et de la patronne d’Umay. Toutes deux sont turques, immigrées en Allemagne. Elles illustrent les paradoxes et les complexités de la société turque. Par là, il faut entendre la coexistence étonnante de changements profonds et rapides avec la persistance des mentalités archaïques et rétrogrades. En termes simples2, il y a donc deux Turquies : la patronne qui incarne la femme épanouie du modèle social moderne et la mère qui incarne la femme soumise du modèle patriarcal.

Il est utile, pour conclure cette brève digression, de souligner que le critère religieux semble être insuffisant pour comprendre la pratique du crime d’honneur. Dans d’autres films turcs étudiés qui portent sur le même sujet, les personnages n’évoquent pas ouvertement la religion comme motif de crime3. Les hommes et les femmes agissent au nom des coutumes. D’ailleurs, dans la littérature turque, on parle de « töre cinayeti » qui peut être traduit comme « crime de coutume ». Aussi, faut-il noter que les homosexuels sont également victimes des crimes d’honneur parce qu’ils portent atteinte à l’honneur de la famille patriarcale.

La question des crimes d’honneur est complexe et elle n’est pas d’ordre religieux mais d’ordre social et économique4. Lors d’un colloque organisé à l’occasion de la journée internationale de la femme, le 8 mars 2010, par la délégation aux droits des femmes du Sénat, les interventions convergent vers un même point : la pratique des crimes d’honneur vont au-delà des croyances religieuses et des cultures opposées :

« Le crime d’honneur, qui conduit une famille à immoler l’une de ses filles pour rétablir une honorabilité collective que celle-ci aurait compromise par son comportement, nous paraît barbare et nous voulons nous en croire incapables, mais souvenons-nous qu’il n’y a pas si longtemps encore, pour des raisons très voisines, on enfermait dans un couvent les filles « perdues » ou un peu trop rebelles. Peut-être vous souvenez-vous de ce beau film irlandais, The Magdalena Sisters (Les soeurs Magdalene). Celui-ci retrace l’histoire de trois de ces pensionnaires forcées : Magdalene enfermée pour avoir été violée par son cousin, Rose pour avoir eu un enfant hors mariage et Bernadette pour être trop coquette avec les hommes. Tout cela se passait en Europe, en 1960 !

Pour différentes qu’elles soient, nos cultures ne sont sans doute pas si étrangères les unes des autres, et la nôtre n’a peut-être, dans son effort pour s’émanciper d’un patriarcat séculaire, que quelques générations d’avance sur les autres. Quelques générations ! Convenons que rapportée à l’histoire de l’humanité, cette durée est dérisoire. »5

Le site officiel de Die Fremde

  1. Elisbeth Badinter, L’un est l’autre : des relations entre hommes et femmes, Odile Jacob, 1986 ; p. 107-108. []
  2. Je dis en termes simples parce qu’à partir des années 90, le tissu social turc se complique davantage par l’apparition des femmes voilées qui revendiquent l’égalité des sexes et leur liberté de vivre selon les principes de l’islam.Sur la question de la condition de la femme turque depuis les réformes kémalistes à nos jours,voir Modernes et Musulmanes de Nilüfer Göle. []
  3. Anadolu Kanunu (La loi de l’Anatolie, 1966) de Hasan Kazankaya, Anadolu Kini (La haine de l’Anatolie, 1970) de Yavuz Figenli, Isyan (La Révolte, 1979) d’Orhan Aksoy, Yol (1982) de Serif Gören et Yilmaz Güney, Sakli Yüzler (Hidden Faces, 2007) de Handan Ipekçi, Mutluluk (Délivrance, 2007) d’Abdullah Oguz, Güzel Günler Görecegiz (To Better Days, 2012) de Hasan Tolga Pulat, Zenne Dancer (2012) de Caner Alper et Mehmet Binay, Atesin Düstügü Yer (Where The Fire Burns, 2012) d’Ismail Günes. []
  4. Le patriarcat est-il seulement présent dans l’espace privé ? Qu’en est-il de l’espace public ? À voir le mouvement de contestation qui secoue la Turquie depuis juin 2013, on se demande si ce n’est pas la même mentalité patriarcale qui ne veut pas entendre le mécontentement du peuple mais qui veut faire taire l’opposition par tous les moyens. En effet, la question des crimes d’honneur s’inscrit dans une large perspective de l’analyse des faits sociaux. []
  5. L’extrait de l’allocution de bienvenue de Mme Michèle André, présidente de la délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Les actes du colloque peuvent être consultés ici. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *