#Occupygezi en images ou les nouveaux héros de l’imaginaire turc

Le 31 mai 2013, le mouvement civique, baptisé #OccupyGezi a éclaté à Istanbul. Il s’est amplifié les jours qui ont suivi et a été à son apogée la nuit du samedi 15 au 16 juin 2013. Les indignés turcs expriment leur ras-le-bol contre les dérives autoritaires et les politiques du gouvernement d’AKP (Parti de la justice et du développement) qui visent à islamiser la société turque. Les manifestations antigouvernementales se poursuivent toujours dans de nombreuses villes en Turquie. Le mouvement civique a ainsi gagné une dimension nationale et l’attitude provocatrice du Premier Ministre Erdoğan ne fait que susciter l’indignation des manifestants. Je ne vais pas revenir sur les incidents ni sur les discours du PM. Les médias audiovisuels et écrits fournissent un flot d’informations. Il existe une sélection d’articles et d’analyses pour celles et ceux qui veulent suivre les actualités.

Grâce aux réseaux sociaux1, mais aussi grâce à la présence des associations, des ONG et des correspondants des médias internationaux, le monde entier a pu témoigner de la violence inouïe des forces de l’ordre dans la répression des manifestations. Le gouvernement AKP a mené une politique agressive à l’égard des médias internationaux. Le PM Erdoğan et le maire d’Ankara Melih Gökçek ont accusé CNN INT et BBC de diffuser de fausses informations sur les manifestations2.

Cependant de nombreuses photos et vidéos, des caricatures, des messages ironiques circulent sur les réseaux sociaux (facebook et twitter). Ce premier billet du blog « cinéma total » a pour objectif de décrire comment les manifestants (alias chapoulleurs3) font preuve d’humour plaisant et de créativité inépuisable dans leur façon de répondre au gouvernement islamiste-conservateur qui bafoue la démocratie et les droits de l’homme. À partir des éléments visuels, j’essaierai d’analyser les nouveaux héros de l’imaginaire turc. Je propose une réflexion sur les héros parce que cette analyse permet de savoir plus sur ce conflit et ses forces antagonistes.

Dans le récit du mouvement OccupyGezi, l’intrigue se noue autour de deux forces opposées : d’une part, l’État policier et de l’autre, les manifestants pacifistes. Le rôle d’opprimant revient au gouvernement islamo-conservateur AKP et le rôle d’opprimé aux indignés qui défendent leur liberté d’expression. Certes, l’intervention musclée des forces de l’ordre a déclenché les manifestations anti-gouvernementales mais OccupyGezi ne peut s’expliquer uniquement par le projet de construction d’un centre commercial à la place d’un parc. Le mécontentement populaire couve depuis quelques années. Des restrictions concernant la consommation d’alcool à la mise en question du droit à l’avortement en passant par le nombre d’enfants qu’une famille turque devrait concevoir4 et les projets d’urbanisation fortement contestés par les écologistes, le gouvernement AKP se montre insoucieux du respect de la liberté des modes de vie et de l’environnement.

Le projet du troisième pont sur le Bosphore, fortement réprouvé à cause des conséquences écologiques, fait partie de la politique d’urbanisation désastreuse mise en route par le PM Erdoğan. Le 29 mai 2013, le gouvernement AKP a ouvert le chantier du troisième pont sur le Bosphore. La date symbolique de la cérémonie d’ouverture et le nom choisi pour le pont sont autant de références à l’histoire de l’Empire ottoman et aussi autant de raisons qui entraînent la montée de la tension5. Les citoyens laïques suivent avec suspicion la nostalgie « ottomania » du gouvernement AKP car ils y voient une menace latente pour la République turque laïque. Et pour cause.

La photo de la cérémonie officielle en dit plus sur la vision du monde des islamo-conservateurs. Le Président de la République Abdullah Gül et le Premier Ministre Tayyip Erdoğan ainsi que leurs épouses et d’autres ministres, les paumes tournées vers le ciel, se tiennent derrière le mufti qui bénit le troisième pont. Le clergé n’existe pas dans la Turquie moderne telle que Mustafa Kemal l’a fondée. La présence d’un responsable des affaires religieuses, dont la mission consiste à interpréter le droit canon, soulève naturellement des interrogations.

La nouvelle perle du Bosphore – la cérémonie d’ouverture du chantier du 3e pont et de l’autoroute Nord Marmara

Pendant que les autorités célèbrent la construction du 3e pont, un petit groupe de manifestants pacifiques campent dans le parc Gezi. Ils contestent la transformation du dernier parc public d’Istanbul en un centre commercial. Intransigeant, le Premier Ministre Erdoğan refuse d’engager un dialogue avec eux et déclenche une violente intervention de la police pour l’évacuation du parc. Le comportement agressif du PM pousse des milliers de gens dans les rues. Des affrontements violents ont eu lieu entre les forces de la police antiémeute et les indignés. La police a fait usage excessif de canons à eau et de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Voilà que certaines d’entre eux ont fait preuve de grande résistance à la violence policière. Deux femmes ont résisté de façon à illustrer le pacifisme des manifestants : l’une avec les bras grands ouverts au canon à eau et l’autre la tête basse et les cheveux en l’air sous le vent du gaz lacrymogène. Rapidement, ces braves femmes sont devenues les premiers symboles de la résistance non-violente.

La femme en noir résiste au jet d’eau
La femme en rouge face au gaz lacrymogène

La passion de foot enthousiaste, et parfois débordante des Turcs, elle est bien connue. Surtout, les supporters de trois grands clubs d’Istanbul, Beşiktaş, Galatasaray et Fenerbahçe, entretiennent des relations quelque peu conflictuelles. Voilà que les supporters débordent d’une amitié réciproque depuis le 31 mai 2013. Ils se sont unis contre le gouvernement islamo-conservateur AKP. Le groupe populaire des supporters de Beşiktaş, connu sous le nom Çarşı (prononcer tcharche) a montré une résistance héroïque face à la violence policière, et ce avec un enthousiasme vif qui s’est vite emparé des autres manifestants. Dans l’épaisse fumée du gaz lacrymogène, les supporters de Beşiktaş ont créé une ambiance de fête digne d’un match de foot. Ils ont même chanté pour le gaz lacrymogène ! Biber Gazi oley !

Les supporters de Fenerbahçe, Galatasaray et de Besiktas se sont unis
Carşı
Les supporters de Beşiktaş, alias Carşı résistent au gaz lacrymogène

Le mouvement #occupygezi soutenu largement par les réseaux sociaux salue comme un héros, entre autres, un groupe de pirates informatiques nommé RedHack . Le groupe s’infiltre dans les systèmes informatiques des ministères. Parmi les actions du groupe, on note qu’ils ont paralysé le site officiel de THY (TurkishAirlines) pour soutenir la grève des employés de la compagnie aérienne.

RedHack – Les pirates rouges

Alors que les bombes éclataient, les cris résonnaient dans les rues, la fumée de gaz lacrymogène étouffait les manifestants, un homme nu s’est montré devant les policiers casqués, visages protégés par masque, la matraque à la main derrière leurs boucliers. C’était une autre démonstration de protestation non-violente des indignés. Un corps nu qui accentue le contraste entre la force physique destructrice et la force mentale expressive.

L’homme nu face à la police

Le gaz lacrymogène pique les yeux. Dans le cas d’exposition directe il peut même causer une cécité passagère sans parler des troubles respiratoires graves qu’il est susceptible de provoquer. La solution consiste dans le lavage du visage et des yeux avec une potion anti-acide. Voilà TalcidMan qui propose un traitement choc à toutes celles et tous ceux qui ont été exposés au gaz lacrymogène. Certes, avec ces propos, on est bien loin des problèmes de santé ou des blessures dont ont souffert et souffrent toujours d’ailleurs quelques dizaines de manifestants6. Il n’empêche qu’un nouveau héros fut né.

TalcidMan

Le 17 juin 2013, en début de la soirée, un jeune homme vêtu d’une chemise blanche froissée et d’un pantalon noir, est arrivé sur la place Taksim. Il a posé son sac par terre et s’est arrêté, le visage tourné vers le centre culturel d’Atatürk7  (AKM). C’était le début d’un nouveau mouvement de protestation contre le gouvernement AKP : Duran Adam, « l’homme à l’arrêt ». Les heures qui ont suivi, #duranadam a été le n°1 dans les tendances Twitter. De nombreuses personnes sont venues le joindre. Devant cette manifestation passive, les forces de l’ordre étaient complètement désemparées. Que faire d’un manifestant à l’arrêt ? Arrêter un homme parce qu’il s’arrête ? Oui, la police de l’AKP l’a fait. Dizaines d’arrestations ont eu lieu ce soir là.

#duranadam « l’homme à l’arrêt »

On se souviendra du mouvement OccupyGezi, comme on se souvient de la place Tiananmen, du Mai 68 et de la place Tahrir. Les héros d’OccupyGezi, présentés brièvement ci-dessus en chair et os, appartiennent désormais à l’imaginaire turc. Entre sourires et larmes, on pensera aux victimes, aux invalides et aux « irréductibles ». Mais qu’est-ce qui différencie la génération 13 ? ou qu’est-ce qu’ils ont en commun ?

« Les irréductibles » La femme en noir, RedHack, l’homme à l’arrêt, la femme en rouge, TalcidMan, Carşı, l’homme nu

Beaucoup ont souligné l’hétérogénéité des manifestants : des kémalistes, des communistes, des écologistes, des féministes et des artistes ont participé à cette mobilisation sans leader. On présente les jeunes manifestants (nés entre la fin des années 1970 et le début des années 2000) comme « apolitiques » parce que cette génération a connu la politique comme « une chose dangereuse ». Leurs parents ont vécu les coups d’État en 1971 et 1980. Ils se rappellent toujours des histoires tragiques des militants de gauche arrêtés, torturés, disparus ou exilés. Can Öz, dirigeant d’une maison d’édition prestigieuse, évoque le conseil de son père, Erdal Öz qui a connu la prison et la torture : « ne te mêle pas de la politique, fils ». Can Öz explique ainsi : « pour nous la politique est une chose dangereuse. L’éducation familiale consistait à forger cette conscience en nous. Puisqu’on ne peut rien changer, il vaut mieux ne pas s’en mêler. Les manifestations du parc Gezi ont insufflé un changement dans les consciences8 ».

Aucun des héros n’adhère à un parti politique. C’est là leur point commun. Ils relayent, tous, le message universel « égalité-fraternité-liberté pour tous ». D’ailleurs, le conflit se situe désormais au-delà des identités individuelles. Le discours hostile et intransigeant du PM Erdoğan accentue la polarisation au sein de la société turque. La sociologue, Nilüfer Göle attire l’attention sur ce point : « Dans cette période où les deux Turquies se rapprochent, les obstacles s’éliminent, les frontières s’estompent entre le séculier et le religieux, l’antagonisme de la laïcité et de l’islamisme figure de nouveau à l’ordre du jour9 ».

Le PM Erdoğan, issu du mouvement islamo-conservateur, au lieu de calmer les esprits, a alimenté la tension avec le discours de « nous » et « eux ». La photo de l’ouverture du chantier du 3e pont sur le Bosphore et celle des irrésistibles illustrent le clivage entre « nous » et « eux ». Dans un prochain billet, j’essaierai d’analyser l’opposition des réactionnaires aux modernes à travers le cinéma turc. Aussi faut-il noter que les deux Turquies coexistent depuis le début du xxe siècle. Le conflit entre le laïque et l’islamiste, le moderne et le réactionnaire émerge avec les réformes kémalistes dans les années 1920.

Toutefois, je souhaite terminer ce billet avec d’autres photos et vidéos qui reflètent « l’esprit du OccupyGezi ». Dans une rue déserte, une jeune fille se cache d’un canon à eau. Le sentiment d’horreur est mis en parallèle avec celui de l’enfant qui fuit les terribles tyrannosaures dans Jurassic Parc. La place Taksim sous la fumée de gaz lacrymogène rappelle Isengard où Saruman crée son armée dans Le Seigneur des Anneaux.

Une manifestante se cache d’un TOMA (canon à eau) à Taksim – Jurassic Parc
Isengard – Place Taksim

La photo ci-dessous des manifestants turcs, qui rappelle « la liberté guidant le peuple » de Delacroix (1830), est parmi celles les plus échangées sur les réseaux sociaux.

Les manifestants #occupygezi – « La liberté guidant le peuple » Delacroix (1830)

Beaucoup de caricatures s’inspirent du mouvement OccupyGezi.

Ceux qui s’expriment sur les manifestations sont arrêtés par la police
« On t’a dit plusieurs fois de ne pas t’en mêler ! »

La photo du père militant et de sa fille militante a servi de carte de vœu pour la fête des pères. Et sans oublier ce drôle de « club des cinq » qui résistent contre les policiers. La photo traduit un humour plaisant lorsqu’on pense aux propos du PM Erdoğan qui qualifie les manifestants de maraudeur et de terroriste.

Inoubliable fête des pères – « club des 5 »

Peut-être qu’on se demande d’où sortent ces pingouins dans la caricature ci-dessus ? En effet, la nuit du 31 mai au 1er juin, c’est-à-dire au moment où les premiers heurts violents ont éclaté, le CNN turc a diffusé un documentaire sur la vie des pingouins alors que CNN INT montrait des images en direct de la place Taksim.

Il me semble qu’on devrait mentionner un dernier héros parmi les « irréductibles ». C’est le jeune homme à la guitare. Face aux dizaines de policiers antiémeutes, le jeune homme appelle au dialogue avec sa guitare. Les « chapoulleurs » se sont également exprimés par la voie de la musique.

©Kemal Aslan

Le très populaire groupe turc Duman (à prononcer Doumane) a composé l’hymne de OccupyGezi, Eyvallah :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=UHnv6tGmIGI[/youtube]

D’autres ont demandé au PM « Tell us Mr. Prime Minister, who didn’t love you when you were a kid ? »

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ChcN5sqIs4I[/youtube]

Enfin, le chœur composé des « chapoulleurs » ont chanté « Do You Hear the People Sing » du film Les Misérables en anglais et en turc. Le son a été enregistré dans le parc Gezi, les chanteurs étant accompagnés par un mini orchestre.

En plus des centaines de photos, il y a évidemment beaucoup de vidéos qui ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Je termine ce premier billet avec un film documentaire, monté dans les jours qui ont suivi les premiers affrontements.

[vimeo]http://vimeo.com/67759587 [/vimeo]

Gördüm « J’ai vu »

à suivre…

  1. Certes le mouvement OccupyGezi n’est pas le premier à révéler l’utilité des réseaux sociaux dont le contrôle échappe aux autorités. []
  2. Melih Gökçek a mené une campagne de « TT » sur twitter avec le hashtag « stoplyingCNN » le 25 juin 2013. Cette attitude du gouvernement AKP est hostile mais aussi ambigüe d’autant plus que le PM Erdoğan accuse les réseaux sociaux de troubler l’ordre public. []
  3. Ce néologisme prend son origine dans le mot turc çapulcu (prononcer tchapouldjou) qui signifie maraudeur. Dès le premier jour du mouvement, le PM Erdoğan a qualifié les manifestants de maraudeur. []
  4. Le PM Erdoğan a fixé ce nombre à trois. Désormais, la pilule de lendemain exige une ordonnance. []
  5. Le 29 mai 1453 est la date de la prise de Constantinople par les Ottomans. Yavuz Sultan Selim est le nom choisi pour le pont. C’est le sultan ottoman qui est considéré comme « le bourreau des alévis », une branche de l’islam shiite fortement implantée en Turquie (ils sont 10 à 15 millions). Sur son ordre, des dizaines de milliers d’alévis ont été assassinés au XVIe siècle. La Turquie est un pays majoritairement sunnite. []
  6. Plus de 7.000 blessés dont 50 en état grave (la plupart des cas traumatisme crânien), 6 personnes touchées fatalement à l’œil. Source : l’Ordre des Médecins turcs http://www.ttb.org.tr/index.php/Haberler/veriler-3842.html []
  7. Voilà un autre projet de construction vivement contesté : le PM veut détruire le centre culturel (très symbolique de la Turquie d’Atatürk) et construire à la place une mosquée et une salle d’opéra « baroque ». []
  8. L’hebdomadaire Der Spiegel a consacré un dossier spécial sur les manifestations du parc Gezi. Le dossier est présenté bilingue en turc et en allemand. Le n° 26, 24 juin 2013. []
  9. http://t24.com.tr/yazi/film-geri-sariliyor-akpnin-dinle-imtihani/6907. Texte original: « Birbirine yabanci iki Türkiye’nin en yakinlastigi, aradaki duvarlarin kalktigi, seküler ile dini sinirlarin törpülendigi bir dönemde laiklik ve Islamcilik karsitligi yeniden gündeme oturtuluyor ». []

5 réflexions au sujet de « #Occupygezi en images ou les nouveaux héros de l’imaginaire turc »

    1. @ barbotte13: merci; les illustrations sont bien nombreuses; une des celles que vous me faites suivre (inspirée des miniatures ottomanes) est en effet la couverture de la revue NTV Tarih (histoire). C’est le numéro du mois de juillet consacré aux manifestations du parc Gezi. Lequel numéro ne sera pas imprimé et de plus, la publication de la revue est interrompue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *