Filmer les immigrés

Le 4 mai 2015, à la BNF-site Richelieu, Nil Yalter a présenté son travail dans le cadre du séminaire « Vidéo des premiers temps ». En 1973, l’artiste d’origine turque découvre Portapak, l’enregistreur vidéo portable. Depuis, elle filme, se filme, photographie, dessine et fait des installations en assemblant différents éléments visuels. La condition des femmes, l’immigration, le monde des ouvriers, les traditions populaires sont autant de sujets qu’elle aborde dans ses œuvres et aussi qui illustrent son engagement intellectuel et social. Les extraits des vidéos et les photos des installations de Nil Yalter ainsi que des textes sur son travail peuvent être consultés sur le site www.nilyalter.com.

La vidéo des immigrés turcs date de 1977 et celle des immigrés portugais date de 1979. Les hommes et les femmes racontent les difficultés rencontrées lors de leur arrivée en France. Certes, tous rencontrent le problème évident de l’intégration dans une nouvelle société. Toutefois, on perçoit une nuance importante entre les deux témoignages. Les familles portugaises apportent une note positive à la question de l’immigration tandis que les familles turques dressent un tableau pessimiste de leur expérience. D’ailleurs, Nil Yalter, elle-même, souligne cette différence entre les communautés d’immigrés lors d’une intervention organisée au Centre Pompidou, en 2012, dans le cadre de l’exposition « Vidéo Vintage ». Quelle est cette « note d’espoir » portugaise dont nous parle Nil Yalter ?


Risorangis
Dans la vidéo intitulée Ris Orangis (1979), on voit un père de famille portugais qui se sent plutôt à l’aise dans son nouvel environnement et fait la part des choses entre sa propre culture et la culture de l’autre : « Toutes les cultures ont une certaine valeur. C’est la différence de ces cultures qui donnent la richesse. Le fado n’est pas pire que les musiques traditionnelles françaises ». Ne s’agirait-pas là de la volonté, consciente ou inconsciente, de renoncer à la catégorisation d’appartenance culturelle ? À partir de ce témoignage isolé, on ne peut pas constater l’accomplissement ni l’échec de cette volonté, mais étudier l’hypothèse d’une intention de désamorcer le problème d’appartenance culturelle au lieu de s’y enfermer.

Par ailleurs, trouver leur place dans le pays d’accueil est au cœur des préoccupations des portugaises qui évoquent, par exemple, le voisin français qui ne les salue pas. Malgré les difficultés liées à l’identité d’étranger, il y a un contact avec la société d’accueil. J’insiste sur la relation entre l’immigrant et la société d’accueil parce que les témoignages des femmes turques révèlent l’absence de cette relation.

LesimmigresturcsDans la vidéo des immigrés turcs (1977), une mère de famille confie sa déception de vivre dans la précarité alors qu’elle espérait une vie meilleure que celle qu’elle vit dans son pays. Comme beaucoup d’autres familles turques, le logement composé d’une pièce unique constitue sa principale préoccupation. Elle ne parle pas français et conclut en disant : « On reste à la maison ; on ne fait rien d’autre » Ses propos laissent entendre qu’elle n’a pas de contact avec la société. Le déplacement à travers l’espace débouche sur un état d’inaction. Autrement dit, « la mobilité devient l’immobilité » pour reprendre les termes de Nil Yalter.

Qu’en-est il de la figure de l’immigré dans le cinéma turc ?

Le villageois qui part au pays étranger avec des dettes, qui travaille dans des conditions précaires, qui se confronte aux problèmes d’adaptation, qui rêve de rentrer dans sa patrie au bord d’une nouvelle voiture (signe de réussite) est la figure commune de l’immigré dans le cinéma turc. Par ailleurs, on observe la récurrence de l’image de la femme enfermée dans les films qui ont pour thème l’immigration. Deux films de Tevfik Başer sont assez significatifs à cet égard : 40 Metrekare Almanya (Allemagne 40 m2, 1986) et Sahte Cennete Veda (Adieu faux paradis, 1988).

40m2almanya40m2 signifie la surface de l’appartement où Turna (Özay Fecht) est contrainte de vivre pendant que son mari travaille la journée. La fenêtre qui donne sur la cour intérieure de l’immeuble est son seul contact avec l’extérieur. La jeune femme s’indigne de la porte fermée à clé : « Suis-je une bête pour être enfermée à clé ? » Un huis clos qui se termine par la mort du mari à cause d’une crise d’épilepsie et suite à laquelle, la jeune femme peut enfin franchir le seuil et sortir de son enfermement.

SahtecennetevedaLe faux paradis est la prison où se trouve incarcérée Elif (Zühal Olcay) pour meurtre : elle a tué son mari violent. En effet, loin de sa famille, de son frère, la jeune femme y découvre sa liberté. Tout le long de son incarcération, Elif, soumise, battue et violée par son mari, se transforme en femme épanouie libre de ses choix. Elle apprend l’allemand, se lie d’amitié avec d’autre détenues, prend confiance en elle. Après avoir purgé sa peine, elle souhaite désormais vivre avec ses enfants, heureuse, sans crainte, et devenir conductrice de bus. Mais selon la loi, Elif est considérée comme un danger pour la société allemande. Elle doit être extradée en Turquie pour être jugée de nouveau et risque la peine de mort.1 Elle décrit en termes justes sa condition féminine : « Ce sont toujours les autres qui ont décidé à ma place ! Maintenant je n’ai qu’un seul souhait : commencer une nouvelle vie avec mes enfants. J’ai appris plein de choses ici. Je peux mener la vie que je souhaite en Allemagne. J’étais si heureuse de savoir que je resterais ici… »

Les années 2000 et la condition de la femme turque immigrée

headon-letrangereDans Head-On (2004) de Fatih Akın, Sibel (Sibel Kekili) se marie avec un homme qu’elle connaît à peine dans le but de faire sa vie comme elle veut. En réalité, il s’agit d’un mariage blanc qui permet à la jeune femme de fuir les traditions, s’affranchir de l’autorité excessive de ses frères. Dans Die Fremde (L’Etrangère, 2010) de Feo Aladağ, Umay (interprétée également par Sibel Kekili) veut divorcer, avoir la garde de son fils, trouver un travail et reprendre ses études que son mariage a probablement interrompues. Mais l’attitude de sa famille adopte est décevante : même si leur fille est sujette à la violence, même si elle est malheureuse, sa place est auprès de son mari qu’elle doit accepter tel qu’il est. Ici et là, la femme se heurte au refus catégorique d’être reconnue comme un individu « libre ».

Comment expliquer la non-évolution de la condition féminine turque dans certaines communautés ?

La question est vaste et complexe. Les vidéos documentaires de Nil Yalter et les films turcs fournissent plusieurs pistes de réflexion et sont complémentaires pour comprendre le problème. Le poids écrasant des traditions, la pauvreté, la violence sexuelle, le bas niveau d’instruction, les mariages précoces sont autant de signes d’alerte nationale qui nécessitent l’élaboration et la mise en œuvre d’une politique sociale pour améliorer les conditions économiques et par conséquent augmenter la durée moyenne consacrée aux études à la fois pour les filles et les garçons. Néanmoins, les  attentes sont frustrées lorsque l’ex-premier ministre du pays déclare que la femme devrait avoir trois enfants et se soucier de leur éducation en laissant la tâche de subvenir aux besoins financiers au père.

  1. La Turquie a décrété l’abolition totale de la peine de mort par la loi du 14 juillet 2004 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *