La misère humaine en toute beauté…Winter Sleep

Winter Sleep (Kış Uykusu) de Nuri Bilge Ceylan a été récompensé par la Palme d’or 2014. Les aspects narratifs et esthétiques du film, ses sources d’inspiration, le jeu irréprochable des acteurs sont amplement décrits par les critiques.

Mon propos sera de réfléchir sur ce que le film nous dit de la Turquie et comment il nous le dit. Parallèlement, j’essaierai de souligner la portée universelle du film.

La crise existentielle, le conflit familial, les problèmes économiques et sociaux, les déséquilibres régionaux sont autant de sujets universels dont traite Winter Sleep. Dans cette pluralité de thématiques, l’image paradoxale de la Turquie sert de toile de fond, à savoir les deux versants de la société : d’une part, la Turquie citadine, fortunée, et d’autre part, la Turquie rurale, modeste. Alors que les bourgeois se tourmentent avec des batailles d’égos, les démunis s’accrochent à la vie comme ils peuvent. Ainsi, les « braves gens » et les « pauvres gens » se rencontrent-ils au cœur de l’Anatolie.

Les oubliés du système

Un enfant jette une pierre contre la vitre d’une voiture dont les passagers évitent tout juste un accident. L’enfant et sa famille sont menacés d’expulsion. Son père vient de sortir de prison. Il est au chômage. Son oncle, l’imam du village, gagne à peine pour suffire aux besoins vitaux de la famille. La saisie d’huissier pour cause des loyers impayés blesse l’honneur du père et voilà que son fils veut le réparer en attaquant la voiture d’Aydın (Haluk Bilginer), le propriétaire de leur maison. Aydın et son aide, Hidayet (Ayberk Pekcan), ramènent l’enfant chez lui. Cette séquence mérite que l’on s’y attarde un peu.

Hidayet essaye de s’expliquer avec les parents au sujet des conséquences dangereuses, heureusement évitées, de l’acte de l’enfant. Mais la conversation prend rapidement un tour moins convenu. Les insultes volent entre les hommes. L’imam essaye de calmer les esprits. Cependant, Aydın contemple avec désolation, et peut-être avec un brin de mépris, les façades en ruine de la maison et le jardin en friche, rempli d’objets divers qui rouillent par-ci et par-là.

Le contraste entre le paysage merveilleux du Cappadoce et celui qui se dessine autour de la maison est évident. Si la couverture blanche de la neige embellit davantage la nature préservée, elle souligne encore plus le dénuement de la nature négligée. La laideur du paysage s’explique donc aussi bien par la pauvreté que le négligence.

Cette image en dit long non seulement sur la Turquie à deux vitesses mais aussi sur le devenir de la civilisation humaine, ici et ailleurs, à l’heure où les débats se focalisent sur les conséquences plus ou moins graves de l’abîme qui se creuse entre les collectivités désavantagées et privilégiées. À l’échelle nationale, les oubliés sont dans les banlieues des grandes villes ou en province, dans les coins reculés. À l’échelle mondiale, ils sont dans le tiers-monde, c’est-à-dire dans les pays « en carence de développement » par rapport aux grandes puissances. N’est-ce pas là que se trouverait la portée universelle de Winter Sleep et de ce fait chacun y verrait l’ombre des maux de sa propre société ?

Inspiré du majestueux héritage littéraire russe, Winter Sleep nous raconte ainsi l’histoire des oubliés du système et de ceux qui contribuent au fonctionnement de ce système. Nihal (Melisa Sözen), l’épouse d’Aydın veut bien aider İsmail et sa famille à traverser cette période financièrement difficile. Hélas, son intention charitable se heurte à l’honneur chevaleresque de İsmail (Nejat Işler) qui, en jetant les billets dans les flammes de la cheminée, brise en mille morceaux l’existence de la jeune femme, à l’instar de son fils qui avait ainsi brisé la vitre de la voiture. Traversé d’émotions fortes, İsmail pose un regard à la fois triste, perçant, indigné et lourd de sous-entendus sur la jeune femme. Les deux personnages se consument de même que les billets. Cette scène, entre autres, restera certainement gravée dans la mémoire cinéphile.

ismail
Winter Sleep (2014) Nuri Bilge Ceylan
Winter Sleep (2014) Nuri Bilge Ceylan
Winter Sleep (2014) Nuri Bilge Ceylan

Les personnages féminins

Les inégalités sociales témoignent, encore et toujours, d’une spécificité turque qui réside dans le statut précaire de la femme et que Winter Sleep décrit avec finesse sans tomber dans les clichés. Certaines femmes turques affirment tant bien que mal une existence personnelle, comme Necla (Demet Akbağ), la sœur d’Aydın et  Nihal. Celles-ci se livrent à des échanges assez virulents. Par le verbe elles existent. Alors que d’autres femmes sont invisibles, comme Fatma (Rabia Özel), l’épouse d’İsmail. Elle se mure dans le silence. L’épouse d’İsmail n’est que l’une de ces femmes de l’Anatolie qui meurt comme si elle n’avait jamais vécu.1

Comment expliquer la non-évolution du statut de la femme dans certaines communautés en Turquie ? Il serait plus juste de parler en termes de communautés plutôt que de régions. Certes, les régions de l’Est et du Sud-Est se caractérisent par la soumission de la femme à la tutelle masculine. Toutefois, le patriarcat archaïque se trouve désormais non seulement dans les périphéries des grandes villes mais aussi dans leurs centres voisinant les quartiers dits « modernes ». La coexistence des différentes temporalités observées dans l’évolution des mœurs est l’une des conséquences majeures de l’exode rural.

Le critère religieux demeure insuffisant pour comprendre comment des modes de vie antinomiques peuvent ainsi coexister en Turquie. De ce point de vue, il est intéressant de revoir les thèses de Germain Tillon exposées dans Le harem et les cousins.2 Au cours de ses séjours au Maghreb et dans les pays du Moyen-Orient, l’anthropologue française observe comment les mœurs rétrogrades peuvent façonner la religion. On retient de ce recueil petit mais précieux que la question de la condition de femmes, dans les pays du pourtour méditerranéen et ailleurs, est avant tout et surtout un fait social. D’où la complexité de la question. Dans le cas turc, à cause des traditions immuables qui restent ancrées dans les mentalités, certaines femmes ne peuvent pas jouir de la liberté de conscience ; elles ne sont pas délivrées de la tutelle masculine. Je reviendrai sur la question de la condition féminine qui est trop complexe pour être étudiée dans un seul billet. De même pour le personnage d’imam qui sera prochainement étudié.

Intellectuel turc

À travers le personnage pivot, en l’occurrence Aydın3, Winter Sleep présente une critique subtile de l’intellectuel turc passif qui ressasse les mêmes idées dépourvues de leur sens et de leur utilité à force d’être répétées. Le film décrit la passivité de l’intellectuel turc avec une courte mais significative séquence. Dans une lettre adressée à Aydın, une jeune femme demande de l’aide financière pour maintenir une activité associative dans son village et l’invite à la rencontrer ainsi que les autres femmes du village. À la fin du film, Aydın passe, par hasard, non loin du village. Il s’arrête devant le panneau qui indique le village. Il regarde le silhouette lointain du village et finalement rentre chez lui. Une sorte d’inertie profonde l’empêche d’aller faire face aux réalités de sa propre société.

Le film se termine avec la voix-off d’Aydın qui exprime son souhait de prolonger le sommeil hivernal en atténuant tous les désagréments de la vie.  Ainsi, les braves gens continuent-ils de se débattre dans leurs illusions et les pauvres gens dans leurs misères.

Le site officiel de Winter Sleep

  1. Nedim Gürsel nous rappelle ainsi ces autres femmes de l’Anatolie dans un de ses derniers romans Yüzbaşının Oğlu (Le fils du colonel); Doğan Kitap, 2014, p.14 : « (…) hiç yaşamamış gibi ölen Anadolu kadnlarındandı ». []
  2. Germaine Tillon, Le Harem et les cousins, Editions du Seuil, coll. « Points.Essais », 1966. []
  3. En attribuant le prénom d’ « Aydın », qui signifie littéralement « éclairé, intellectuel », Nuri Bilge Ceylan pose un lourd fardeau sur les épaules du personnage. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *