Balthus, Reha Erdem et le passage de l’enfance à l’adolescence

Du 14 janvier au 28 février 2015, la galerie Gagossian a présenté à Paris une exposition d’œuvres originales de Balthus. Lors des recherches menées dans le cadre de ma thèse, un entretien1 réalisé avec Reha Erdem, entre autres, m’avait amenée à voir de près l’œuvre du peintre. Le réalisateur turc explique, dans cet entretien, l’influence des dessins de Balthus sur son film A Ay (1989).

Synopsis :
Yekta, orpheline de père et de mère, vit avec Nükhet Ziya, sa tante aînée, et son grand-père invalide dans une grande maison délabrée, isolée, située au bord de l’eau. L’adolescente passe son temps à rêvasser en errant dans la maison, alors que sa tante aînée évoque les vieux jours heureux de leur famille bourgeoise déchue à présent.
Quant à sa tante cadette, Nehir, elle s’inquiète de l’état mental de sa nièce car celle-ci croit voir sa mère chaque nuit dans une barque qui passe devant la maison. Elle décide de l’inscrire dans un lycée avec internat. En attendant la rentrée scolaire, Yekta habite désormais chez sa tante cadette.
Installée dans la maison de sa tante cadette située sur une île, l’adolescente continue à s’adonner aux rêveries avant de disparaître mystérieusement à la fin du film. Une disparition qui suggère le suicide de l’adolescente.
D’ailleurs, le film suggère plus qu’il montre : les conversations des tantes laissent entendre une relation intime entre le grand-père paternel et la mère de Yekta. Celle-ci tombe enceinte après le décès de son mari et se suicide après l’accouchement. Yekta serait donc la demi-sœur des tantes et non leur nièce. Une vérité fuyante qu’elles préfèrent taire.

Les poses alanguies de l’adolescente vêtue d’une chemisette blanche, d’une jupe de couleur foncée et des chaussettes blanches ainsi que la scène de jeux de cartes font explicitement référence aux dessins de Balthus.

A Ay (1988) Reha Erdem
A Ay (1989) Reha Erdem

aayrehaerdem4

Par ailleurs, le film baigne dans une atmosphère onirique, angoissante dont les peintures de Balthus sont en général imprégnées.2 En outre du récit troublant d’une adolescence aux repères flous, divers procédés techniques créent et entretiennent une atmosphère particulière comme le choix de la pellicule noir et blanc, les vues en contre-plongée du manoir et le leitmotiv musical. Les notes baroques de Vivaldi, chargées de modulations, traduisent le monde intérieur tempétueux de l’adolescente.

Dans Beş Vakit [Des vents et des temps, 2006]3, Reha Erdem s’intéresse de nouveau au monde d’adolescents.

Synopsis :

Ömer, Yakup et Yıldız habitent le même village. Ömer porte une haine farouche à son père autoritaire au point de souhaiter sa mort. Il trame des petites intrigues pour provoquer sa mort rapide. Yakup est amoureux de son institutrice et ignore son père qu’il méprise, jusqu’au jour où il surprend celui-ci entrain d’épier la jeune femme par sa fenêtre. Et Yıldız éprouve une affection profonde pour son père et se montre distante de sa mère qui a beaucoup d’affection pour son fils. Trois adolescents partagent leurs préoccupations, leurs désirs, leurs attentes avec discrétion.

Certes, dans Beş Vakit, plusieurs thématiques, à savoir la paternité, la fratrie, la famille, la maternité, l’autorité parentale, la mort s’entrelacent. Toutefois, la tempête émotionnelle spécifique à l’adolescence y bat son plein, comme dans A Ay.

Une note optimiste distingue nettement Beş Vakit de A Ay. Tout d’abord, les personnages ne sont plus confinés entre les parois d’un manoir ou sur une île comme Yekta et ses tantes. Les adolescents circulent, s’engouffrent dans l’espace naturel et rural du village. Bien qu’en sens inverse, le temps du film épouse le cycle des jours ; c’est-à-dire que, comme le titre indique4, l’appel à la prière rythme le film en commençant par la prière de la nuit au lieu de celle du matin.

Les travellings lents, les scènes contemplatives s’accompagnent du leitmotiv musical qui vacille entre la mélancolie et la douceur selon l’humeur des adolescents. Dans Beş Vakit, la musique5 aussi présente que dans A Ay, est stable, récurrente et minimaliste en harmonie avec les bruits de la nature.

Et dans ces plans ci-dessous insérés tout au long du film, Reha Erdem ne saluerait-il pas les adolescents endormis, pensifs de l’univers balthusien ? Le sommeil profond dans la nature ne serait-il pas une sorte de refuge pour ces âmes tourmentés par le passage de l’enfance à l’adolescence ?

besvakitrehaerdem

  1. Gisèle Breteau Skira dir., Les cinéastes de la mélancolie, Biarritz, Séguier, coll. « Les entretiens de Zeuxis », 2010 []
  2. Balthus, sous. dir. Jean Clair, Flammarion, p.89 []
  3. Le film est sorti en France en avril 2008 []
  4. Beş Vakit signifie littéralement 5 fois et se réfère aux cinq prières musulmanes qui rythment la journée []
  5. Dans un entretien Reha Erdem explique son rapport à la musique dans le film : http://lci.tf1.fr/cinema/news/interview-reha-erdem-des-temps-et-des-vents-4979535.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *