La condition féminine en Turquie et Duygu Asena (1946-2006)

Le 13 février 2015, Özgecan Aslan1, jeune étudiante de 20 ans, meurt sous les coups d’un homme qui tente de la violer. Le meurtre abominable déclenche un tollé national. La violence masculine envers la femme est un mal qui ronge le pays.

Kadının Adı Yok 64ème édition Doğan Kitap
Kadının Adı Yok 64ème édition Doğan Kitap

Dans le cadre de la journée internationale de la journée de la femme, BBC Türkçe (en turc) met en ligne une vidéo significative. Il s’agit d’un entretien réalisé avec Duygu Asena, figure de proue du féminisme turc. Outre de nombreux articles publiés sur la question de la condition féminine, Duygu Asena se fait connaître notamment par son premier roman intitulé Kadının Adı Yok (La femme n’a pas de nom) paru en 1987. Le roman est un grand succès auprès du public. La question de l’inégalité de sexes et celle de la discrimination envers la femme, discutées dans le roman, suscitent des débats sur la société de type patriarcal, la sexualité féminine et le féminisme. En 1988, le roman est interdit en raison de son contenu obscène. Le procès dure deux ans et s’achève avec la levée de l’interdiction.

Kadının Adı Yok (1987) Atıf Yılmaz
Kadının Adı Yok (1987) Atıf Yılmaz

Par ailleurs, Atıf Yılmaz (1925-2006) adapte le roman au cinéma en 1987. Avec Kadının Adı Yok, le réalisateur turc clôt un cycle de films centrés sur les rapports entre hommes et femmes et la sexualité féminine. Entre 1982 et 1987, Atıf Yılmaz réalise 9 films sur le thème de féminité et dressent divers portraits de femme turque qui se heurtent aux obstacles pour avoir sa place au sein de sa propre famille, de son couple, de son travail, de ses voisins, bref au sein de la société.

Que nous raconte Duygu Asena dans cet entretien ? La journaliste raconte ses voyages effectués à l’est et au sud-est de la Turquie. Elle décrit comment l’homme turc de la région se prend pour le centre du monde et la femme turque s’efface sous cette domination masculine. Comme Duygu Asena le souligne, « la Turquie est un pays étrange » où des modes de vie contradictoires co-existent. Des femmes invisibles et des hommes machistes cohabitent avec des femmes épanouies et des hommes qui défendent l’égalité des sexes. L’exode rural, le fait marquant de l’histoire sociale des Turcs, est sans conséquence sur une éventuelle évolution des mentalités. Installées sur les périphéries des grandes villes comme Istanbul, les communautés anatoliennes se replient sur elles-mêmes et perpétuent les coutumes.

L’entretien avec Duygu Asena est enregistré en 1999. Aujourd’hui, 16 ans plus tard, nous l’écoutons le cœur triste : la mentalité machiste ne change pas et certaines communautés rejettent l’idée de l’égalité des sexes. Et à nous de déplorer la situation dégradante de la condition féminine turque au vu de l’augmentation des cas de violence enregistrés au fil des années : en 2009, 104 femmes perdent la vie sous les coups et les tirs d’un mari, d’un fiancé. Ce chiffre atteint 288 en 2014. C’est sur ce tableau tragique que s’ouvre la vidéo.

  1. http://www.lepetitjournal.com/istanbul/accueil/actualite/207605-oezgecan-le-viol-et-le-meurtre-d-une-etudiante-bouleversent-la-turquie-2 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *