Roger Hanin et l’évolution sociale des Turcs

Le tigre aime la chair fraîche (1964) de Claude Chabrol est cité dans les premières lignes de ma thèse sur le cinéma turc. Pourquoi ? La réponse est juste ci-dessous :

« Un ministre turc est en visite officielle en France avec son épouse et sa fille. C’est le début du Tigre aime la chair fraîche que Claude Chabrol réalise en 1964. L’homme politique fait l’objet de menaces de mort. La protection du ministre ainsi que de sa famille incombe à Roger Hanin, alias Le Tigre. Ce film d’espionnage mérite une attention particulière pour ce qui concerne la description des personnages. Le ministre turc ne parle pas français, alors que sa femme (née en France, c’est le personnage qui nous l’apprend) et sa fille ont une parfaite maîtrise de la langue française. L’apparence « occidentale » des deux femmes (figure 1) est en contraste avec celle du ministre (figure 2). Attardons-nous sur un détail anodin : la lettre de menace écrite en caractères arabes que reçoit le ministre turc (figure 3). Ce détail accuse l’appartenance du personnage masculin à l’univers oriental musulman et accentue l’écart culturel entre les personnages féminins et celui-ci. Cependant, la scène, où le ministre turc montre cette lettre à son épouse, donne lieu à une confusion. Celle-ci la lit, l’interprète. Le court dialogue qui se poursuit entre le couple se présente ainsi : la femme parle en français et l’homme une langue aux tonalités arabes, mais pas le turc. Nous insistons sur ce point pour éviter tout amalgame : en 1928, dans le cadre des réformes kémalistes, l’alphabet ottoman écrit en caractères arabes, est remplacé par l’alphabet latin.

Figures 1, 2 et 3  Le Tigre aime la chair fraîche (1964) Claude Chabrol
Figures 1, 2 et 3
Le Tigre aime la chair fraîche (1964) Claude Chabrol

En 2006, Nuri Bilge Ceylan présente İklimler [Les Climats] à Cannes. Le film s’articule autour de « deux âmes seuls, dans les climats changeant de leurs états d’esprits qui sont à la recherche du bonheur perdu » (figure 4). Alors que İklimler décrit les hauts et les bas d’un couple bourgeois, Mutluluk [La Délivrance, 2007] d’Abdullah Oğuz raconte les histoires croisées de trois personnages dans un cadre complètement différent (figure 5). Un jeune homme a pour mission d’exécuter sa cousine qui a déshonoré la famille. La rencontre avec un intellectuel en crise existentielle modifiera le cours des choses. Encore une fois, attardons-nous sur les images et regardons de près les affiches des films. Sur l’affiche de İklimler, au premier plan se trouve une jeune femme qui occupe les ¾ de l’image, regarde dans le sens opposé d’un homme, situé à l’arrière-plan. Sur l’affiche de Mutluluk, une jeune femme avec un foulard sur les cheveux fixe son regard vers le bas et se trouve derrière deux hommes qui regardent chacun les sens opposés. Ici c’est la masculinité qui domine, là c’est la féminité. Aussi paradoxales qu’elles puissent apparaître, ces histoires se déroulent sur le même territoire et à la même époque.

Figures 4 et 5 Iklimler (2006) Nuri Bilge Ceylan Mutluluk (2007) Abdullah Oğuz
Figures 4 et 5
Iklimler (2006) Nuri Bilge Ceylan
Mutluluk (2007) Abdullah Oğuz

En 2010, Partitions Ottomanes de Yüksel Yavuz est diffusé sur la chaîne de Arte dans le cadre d’une programmation spéciale consacrée à Istanbul. Le documentaire retrace la diversité musicale de la grande métropole par le biais de ses habitants issus de cultures différentes. Des notes tantôt légères tantôt puissantes se succèdent au grand plaisir du spectateur qui (re)découvre une grande variété musicale. De ce point de vue, Partitions Ottomanes rappellent Crossing the bridge de Fatih Akın où un musicien allemand part à la découverte de différents genres musicaux en Turquie. Mais le va-et-vient entre les communautés istanbuliotes change de ton dans les dix dernières minutes du documentaire de Yavuz. Des tziganes aux kurdes, en passant par les Grecs et les Arméniens, les témoignages s’enchaînent de façon à souligner l’oppression que subissent les minorités communautaires. Le témoignage d’une Arménienne chargé d’émotion est suivi de quatre plans accompagnés d’une musique folklorique gaie en contraste avec le discours : un gros plan sur un chapelet tenu dans la main ; un gros plan sur un ferry ; un plan d’ensemble qui présente l’homme qui tient le chapelet ; et enfin un plan rapproché sur le visage de celui-ci (figures 6,7,8,9). »

Partitions ottomanes (2010) Yüksel Yavuz
Figures 6, 7, 8 et 9 Partitions ottomanes (2010) Yüksel Yavuz

 

——— fin de citation———-

Il va sans dire que les plans ci-dessus servent surtout à véhiculer l’image peu reluisante du grand Turc qui est exploitée dans certains discours visant à alimenter le sentiment d’insécurité pour des fins politiques. Or, l’objectif de ce texte est de décrire les visages multiples et changeants de la société turque et la complexité de son analyse. En effet, ces images diverses suscitent des questions complexes : dans quelle mesure pourrait-on parler des valeurs communes au sein de la société turque qui se caractérise de plus en plus par une altérité prononcée ? Dans un contexte controversé attisé par la mise en évidence de conceptions conflictuelles de rôles que peuvent ou/et doivent occuper un homme du fait qu’il est un homme, une femme du fait qu’elle est une femme, comment évaluer la place et l’action de l’individu par rapport aux valeurs communes de la société ?

Il s’agit là d’une interrogation vaste et récurrente sur les divisions qui créent des clivages et les identités sociales qui se forment selon ces clivages. Il n’y a pas de réponses exactes mais sont nombreuses et nombreux celles et ceux qui y travaillent.

À suivre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *